La nutrition entérale et les compléments nutritionnels oraux

La nutrition médicale regroupe 2 sous familles d’alimentation : les Compléments nutritionnels oraux (CNO) et l’alimentation artificielle comprenant l’alimentation entérale et parentérale. Lorsque les apports énergétiques ingérés par voie orale sont insuffisants, inexistants ou impossibles ces formes de nutrition sont envisagées.Many desktop publishing packages and web page editors now use Lorem Ipsum as their default model text, and a search for ‘lorem ipsum’ will uncover many web sites still in their infancy. Various versions have evolved over the years, sometimes by accident, sometimes on purpose.

Les Compléments nutritionnels oraux (CNO)

Les CNO ont une place privilégiée à chaque fois :

– QUE l’alimentation orale ne couvre plus les besoins nutritionnels du patient

– QUAND le tube digestif est fonctionnel

– QUE l’état de conscience et la possibilité de déglutition sont présents

 

Ils apportent l’énergie, les nutriments (protéines, glucides, lipides) et micronutriments (vitamines et minéraux) nécessaires pour compléter ceux ingérés par le patient lors de son alimentation habituelle.

 

Ils maintiennent une alimentation orale couvrant les besoins nutritionnels du patient.

Ils apparaissent sous différentes formes (petites bouteilles, sachets en poudre, crèmes desserts…) Les goûts et arômes sont variés (sucrés, neutre ou salé, arôme fraise, chocolat, vanille, abricot, café…), les textures sont diverses (liquides, crèmes, onctueuses…) Selon les gammes, ils peuvent être consommés chauds, tièdes ou froids. Le patient peut choisir ses compléments selon ses préférences en fonction des recommandations du corps médical.

La nutrition artificielle : Entérale et Parentérale

La nutrition artificielle est utilisée dès que la voie orale est impraticable ou insuffisante et/ou lors d’un amaigrissement récent avec un risque de dénutrition.

La nutrition entérale correspond à l’apport d’une solution riche en nutriments et micronutriments par sonde, à condition qu’il existe des capacités d’absorptions intestinales (tube digestif sain).

La nutrition entérale est la méthode se rapprochant le plus de la voie naturelle (par voie orale) en permettant de maintenir ou rétablir un état nutritionnel correct et de garder les fonctionnalités de la muqueuse intestinale.

La durée de l’alimentation entérale peut être variable passant de quelques jours, de plusieurs semaines, à plusieurs années.

Il existe deux voies d’administration de la nutrition entérale.

  • Par voie naturelle, la sonde terminant dans l’estomac (sonde naso-gastrique) ou la sonde terminant dans le jéjunum (sonde naso-jéjunale). Généralement utilisée en période de courte durée.

  • Par effraction cutanée en position terminale gastrique (gastrostomie) ou en position jéjunale (jéjunostomie). Généralement utilisée en période de longue durée.

Cette alimentation peut être indiquée en cas de troubles de la déglutition, d’impraticabilité de la voie digestive (pancréatite aiguë, obstacle sur la voie digestive…), d’anorexie mentale, d’hypercatabolisme (cancer, chirurgie lourde, brûlures étendues…) etc… .

Lorsque le tube digestif n’est plus viable (ex : occlusion intestinale, perforation, malabsorption, irritations, intolérances…) l’alimentation parentérale peut prendre le relais.

Le mélange de nutriments est directement introduit dans la circulation sanguine par une perfusion intraveineuse. Elle court-circuite le système digestif.

La nutrition entérale et parentérale procurent le même équilibre qu’une alimentation orale : protéines, glucides, éventuellement fibres, lipides, vitamines, minéraux et oligo-éléments.

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *